Les magasins Solumat sont fermés. Ce site ne vend pas de produits.

Guide pour un bardage bois réussi : évolutions, isolants et conseils

Photo of author

Alex Vincent

Dans cet article, nous allons vous présenter les différents aspects du bardage bois, ainsi que les évolutions des techniques de pose, les choix d’isolants et bien plus encore. Alors, sans plus attendre, plongeons dans le monde fascinant du bardage bois.

Évolutions récentes dans le domaine du bardage bois

Le bardage bois est un élément architectural qui a connu plusieurs évolutions au fil des années. Autrefois limité à quelques types de bois et à des méthodes de pose simples, il est aujourd’hui constitué de différents matériaux et procédés, tels que :

  • L’utilisation de la technologie numérique pour la conception et la réalisation des projets de bardage.
  • Des techniques avancées de traitement du bois permettant d’améliorer sa durabilité et sa résistance aux intempéries.
  • L’apparition de nombreux profils de finition, adaptés à une grande variété d’esthétiques architecturales.

Grâce à ces innovations, le bardage bois s’est imposé comme un choix incontournable pour de nombreux maîtres d’ouvrage souhaitant donner du cachet à leur construction tout en assurant un rendement énergétique optimal.

Le choix des essences de bois pour le bardage

Il existe une grande diversité d’essences de bois pouvant être utilisées pour le bardage. Comme le rappelle WoodPartners, certains types de bois sont plus adaptés à cet usage que d’autres en raison de leurs propriétés naturelles. Voici quelques-unes des essences les plus couramment utilisées pour le bardage :

  • Le pin : considéré comme un choix économique et durable, il est largement répandu dans la construction.
  • Le cèdre rouge : connu pour sa beauté et son appréciation des teintes rouges, il offre également une bonne résistance aux intempéries.
  • Le mélèze : grâce à sa résine, cette essence possède des qualités hydrofuges et insectifuges qui lui confèrent une excellente durabilité.
  • Le chêne : gage de robustesse et de longévité, ce bois noble est très prisé pour le bardage, mais aussi pour la construction en général.

Ces essences de bois peuvent ensuite être traitées par différents procédés, tels que le thermo-traitement ou l’autoclave. Ces techniques retardent l’apparition de champignons, d’insectes et autres parasites du bois.

Traitement et finition du bardage bois

Une fois l’essence de bois choisie, plusieurs traitements et finitions sont possibles pour personnaliser l’aspect de votre bardage et assurer sa pérennité :

  1. Traitement autoclave : le bois est imprégné d’un produit chimique sous pression pour accroître sa résistance aux insectes, à l’humidité et aux champignons.
  2. Traitement thermique : le bois est chauffé à haute température pour modifier ses propriétés et améliorer sa durabilité. Ce procédé permet également au matériel de prendre une teinte plus sombre.
  3. Lasure et peinture : ces revêtements protègent le bois contre les intempéries, les UV et prolongent la durée de vie du bardage. Ils sont disponibles dans un large éventail de couleurs et de finitions pour s’adapter à tous les goûts et styles architecturaux.
  4. Huile de protection : ce produit naturel nourrit en profondeur le bois et préserve son aspect d’origine sans altérer sa couleur.

Pour obtenir des conseils personnalisés sur le traitement et la finition du bardage bois adapté à votre projet et à votre budget, n’hésitez pas à consulter les spécialistes de bardage

La pose du bardage bois : quelques points clés

La réussite d’un bardage bois repose en grande partie sur la qualité de sa mise en œuvre. Il convient donc de respecter certaines étapes essentielles pour garantir la pérennité de cette solution :

Mise en place des tasseaux et du pare-pluie

Le montage du bardage commence par la fixation de tasseaux sur la structure de la façade ou sur l’isolant s’il en existe un. Le pare-pluie est ensuite déposé par-dessus pour assurer une protection optimale contre les infiltrations d’eau.

Fixation des lames de bardage

Les lames de bois sont disposées perpendiculairement, verticalement ou obliquement selon le désir du maître d’ouvrage. La fixation se fait à différents points, notamment avec des clous inoxydables laissés apparents ou cachés pour un rendu esthétique parfait.

Respect des distances entre les lames et les points de fixation

Pour éviter les problèmes d’humidité et garantir une ventilation naturelle de la façade, il est essentiel de respecter les espaces recommandés entre les lames de bois.

Le bardage bois associé à l’isolation thermique

De plus en plus prisé dans le cadre de la rénovation énergétique, le bardage bois peut être associé à différents isolants pour améliorer encore davantage la performance thermique et acoustique de l’enveloppe du bâtiment :

  1. Laine minérale : très utilisée pour sa capacité d’isolation thermique et phonique, elle est disponible sous forme de panneaux ou de rouleaux.
  2. Polystyrène expansé (PSE) : léger, facile à poser et économique, ce matériau permet d’améliorer significativement la performance énergétique de l’habitation.
  3. Fibre de bois : cet isolant naturel est fabriqué à partir de déchets de scierie, ce qui en fait un choix écologique et performant.
  4. Panneaux sandwichs : très polyvalents, ils associent un matériau isolant (PSE, laine minérale, etc.) à une finition décorative en bois pour un rendu final esthétique et fonctionnel.

Pour aller plus loin et vous aider dans le choix de vos matériaux, n’hésitez pas également à consulter des sites spécialisés. Vous y trouverez des informations complémentaires sur les caractéristiques techniques du bardage bois, ainsi que des astuces pour bien réussir votre projet d’habillage de façade et d’économies d’énergie.